Des journalistes du Washington Post avaient fait parler d’eux pour les leurs liens avec les mouvances racialistes anti-blancs pendant la dernière vague d’attentat en France.

La journaliste Karen Attiah (Washington Post) avait notamment relayé un fake news du Pakistan affirmant que l’Education Nationale fiche les élèves musulmans, avant de revenir sur cette propagande contre la France.

Elle est proche des réseaux racialistes noirs et arabes en France qui ont modifié considérablement l’idéologie d’extrême gauche française sur la thématique des races humaines.

Cette affaire de propagande pro-jihadiste dans les sociétés occidentales avait été l’occasion d’analyser les positions de l’impérialisme américain (soft-power US) en matière de néo-racialisme et d’islamisme en Europe. Il est particulièrement instructif de découvrir que la journaliste du Washington Post fait de la lèche aux médias de l’Etat qui finance Daech (le Qatar).

Cette dérive de la politique étrangère américaine continue. Le tweet ci-dessous démontre que le Washington Post saisit la moindre occasion de faire la promotion des Etats du golfe.