MAJ : 02/05/2021 : Sylvain Chazot continue

Sylvain Chazot est journaliste à Libération. Beaucoup de ses tweets nourrissent la thèse qu’il existerait une obsession de l’islam dans notre société.

Le consensus apparent contre l’islamisme ou l’intégrisme musulman le conduit parfois à mettre dos-à-dos l’extrême droite et des gens de droite ou de gauche qui prennent position sur ces deux thématiques.

Bien que ce consensus apparent ne résiste pas à l’analyse des vues pourtant bien différentes entre l’extrême droite, les laïques, et les autres forces politiques.

Sylvain Chazot a cru bon d’aller de nouveau en ce sens à l’occasion de l’affaire de la mosquée de Strasbourg. Lundi 22 mars, le Conseil municipal de Strasbourg a voté une subvention de 2,563 millions d’euros à l’association Milli Görus pour la construction de la grande mosquée de la ville.

L’association Milli Görus est un mouvement islamiste turc que nous avions déjà évoqué dans un article précédent. Ce mouvement intégriste est emblématique de l’ingérence étrangère dans l’islam français.

Il relève de l’islamo-nationalisme turc d’Erdogan, avec qui il peut être conjoncturellement en concurrence dans les affaires internes de la Turquie. Il défend un « conservatisme religieux et (un) nationalisme anti-occidental. »

Cela n’est toujours pas suffisant pour éveiller chez Sylvain Chazot le désir de nuancer ses postulats aussi faux que dangereux sur l’islam. Il estime encore une fois que cette affaire n’est que l’illustration d’une action « LREM et RN dos à dos ».

Sylvain Chazot n’est que peu factuel avec ce message politique douteux. Ce n’est pas étonnant puisqu’il a prouvé par le passé qu’il est capable d’inverser purement et simplement la réalité avec une falsification grossière.

Etant journaliste, il relèverait de son devoir d’informer de préciser que même une élue de gauche radicale comme Hülliya Turan (PCF) dénonce fermement le Milli Görus pour ce qu’il est : une émanation islamiste de l’extrême droite turque. Nous avions déjà cité madame Turan parce qu’elle a été attaquée sur ses origines par Jean-Michel Cadenas, illustre politicien-boulet issu de la peuplade faf de Mayenne.

Dénoncer la distribution de l’argent public à un mouvement islamo-nationaliste turc « anti-occidental » ne serait que parler comme le Rassemblement National selon Chazot, qui n’aime pas du tout les idées du RN.

Donc, que faudrait-il comprendre du rôle de Sylvain Chazot à l’égard de l’islamisme turc, pays dont le président Recep Tayyip Erdoğan se permet des ingérences, des menaces et des pressions préoccupantes contre la France ?