Le 9 janvier 2013, trois militantes kurdes sont abattues en plein Paris. L’enquête mettra au jour les liens entre le principal suspect et le MIT, les services secrets turcs.

Dans son édition du 14 mars dernier, le JDD a publié des extraits d’un document de la justice belge qui pointe les liens entre Ismail Hakki Musa, ancien ambassadeur de Turquie en France, et une équipe clandestine suspectée de préparer un « attentat potentiellement imminent contre des politiciens kurdes de premier plan en Belgique ». Commando qui pourrait également avoir joué un rôle dans l’assassinat des militantes kurdes.

Un document qui vient s’ajouter à une longue liste d’indices pointant tous dans la même direction : les services secrets turcs. « C’est un dossier explosif pour le pouvoir turc, gronde Antoine Comte, l’avocat des familles des militantes assassinées. Nous avons affaire à l’activité illégale des services secrets turcs dans toute l’Europe ! »

Lire la suite sur Marianne.net

By Brutal Poulet

Compte Twitter : @brutal_poulet