Laurel Hubbard, un homme qui a transitionné en transfemme il y a 9 ans, vient d’être autorisé à participer au Jeux Olympique dans la catégorie femme de poids super lourd. L’haltérophile de 43 ans n’a pas encore été nommé par l’équipe de Nouvelle Zélande mais la fédération international d’haltérophilie a confirmé qu’il pourrait être qualifié automatiquement due à l’amendement des règles approuvées par le Comité Olympique International.

Hubbard a commencé sa carrière d’haltérophile en tant qu’homme en 1998 avec le record junior de la division M105+ en Nouvelle Zélande. À l’age adulte, Hubbard n’a jamais eut de résultats.

En 2012, Hubbard devient le dirigeant d’haltérophilie Olympique de Nouvelle Zélande et décidé de transitionner peu après.

Depuis Hubbard a enfilé les médailles :

  • Argent au championnat du monde en 2017
  • Or au Jeux du Commonwealth en 2018
  • Or au championnat d’Océanie en 2017 et 2019
  • Or au championnat du Commonwealth en 2017 et 2019
  • Or au Jeux du Pacifique en 2019
  • Or au World Masters Games en 2017
  • Or à la Coupe du Monde à Rome en 2020.

Même si Hubbard finissait dernier, se déclarer femme ne fait pas d’un homme une femme, même avec des cachets.

Il n’a pas sa place dans cette catégorie!

On ne fait pas du sport avec son “identité du genre”, on fait du sport avec son corps.

La seule précaution que prend le sport pour qualifier un homme dans la catégorie femme est le niveau de testostérone. Or les hommes et les femmes sont différents à bien des égards : Masse musculaire, taille du cœur, taille des poumons, flexibilité des hanches et genoux, force…

Plusieurs articles scientifiques ont démontré que même avec un changement d’hormone les hommes gardent leurs avantages sur les femmes en sport.

Les catégories sportives existent pour permettre à tout le monde d’avoir une chance, que ça soit les catégories de poids, l’âge, et de sexe…

Les sports mixes existent lorsque les hommes et les femmes ont les mêmes chances de gagner et le même niveaux de sécurité. Ouvrir tous sports de la catégorie femme aux hommes, peu importe comment ils s’identifient, enlève aux femmes leur chance d’avoir une place sur le podium, une bourse d’étude sportive, une place dans la compétition… et accroît le risque de blessure grave comme l’a découvert World Rugby.

Pourquoi faut-il que les femmes fassent de la place à des hommes médiocres dans leurs sports ?

À quel moment dans la saga des absurdités délirantes dit on stop au culte transgenre et revient on vers la réalité ?

Les hommes et les femmes sont différents !

Être une femme n’est pas une idée dans la tête d’un homme !

Laissez les sports féminins et les femmes athlètes tranquilles !

Voir la position de Caitlyn Jenner sur les trans et le sport

By Uramiya