L’Allemagne et l’Espagne ont dit NON à plusieurs proposition de lois d’auto-identification. Les résultats de vote du Bundestag Allemand et du congrès Espagnol montrent des victoires écrasantes contre les “loi trans”.

Espagne

Grace à l’abstension du PSOE (Partido Socialista Obrero Español : le parti des travailleurs socialistes) la “ley trans” (loi trans) a été rejetée par le congrès espagnol.

Votación (Vote):

Sí (oui): 78

No (non): 143

Abstención (abstention): 120

La ministre de l’égalité, Irene Montero, a promis que l’auto-identification sera acceptée dans la législature espagnole. Ils pensent qu’unis, ils pourront faire passer une loi comme quoi une personne peut changer de sexe rien qu’en le disant.

Cependant, les socialistes exigent une sécurité juridique et pensent une telle loi inconstitutionnelle.

Cette loi trans est le projet groupé de ERC, JxCat, Más País, Compromís, le CUP et Nueva Canaria dans le but de dépathologiser la transsexualité et l’auto-identification du genre, à des fins d’enregistrer un changement de sexe sans besoin de traitement médicale. D’une certaine façon c’est reconnaître le transgenderisme en tant que culte au lieu de considérer la transsexualité comme un traitement médical pour la dysphorie.

Le ministère de l’Égalité avait déjà accusé la première vice-présidence, Carmen Calvo, d’avoir bloqué l’arrivée de les lois: “ley trans” et “Ley igualdad LGTBI” au Conseil des ministres le 23 février.

La député socialiste Susana Ros a justifié l’abstention en disant que la gouvernement prépare une autre loi (Ley igualdad LGTBI) qui est similaire. Ros a aussi dit qu’il est urgent de dépathologiser la transsexualité mais pense que la libre détermination du sexe sur le registre n’est pas constitutionnel. Apparemment son raisonnement est d’agrandir les droit LGBTI mais de façon à ne pas faire ces droits se heurter à des challenges plus tard. Elle a jugé que la loi présente des lacunes dans les domaines de santé, de sport ou de travail.

Marga Prohens, député du Partido Popular, a quant à elle critiqué le manque de sécurité juridique mais a aussi fait remarquer que les personnes trans sont utilisées comme une arme électoral dans une lutte pour le pouvoir entre le PSOE et Podemos (Parti « nous pouvons »). Elle a dit que le PSOE ne peut pas effacer par la porte de derrière le concept juridique du sexe pour le remplacer par le genre, sans se demander l’effet d’une telle loi sur les lois qui protègent les femmes.

Lourdes Mendez, député de VOX, a jugé plusieurs parties inconstitutionnelles et a mentionné l’impossibilité de reconnaître le droit à la libre expression de l’identité sans aller contre la biologie ou expérimenter sur mineurs avec des hormones.

Le PSOE a été accusé de manquer de courage. Vu le climat actuelle bloquer cette loi par abstention est assez courageux même si il aurait mieux value voter contre.

Allemagne

L’étape suivante est une réécriture de la loi sur l’égalité LGTBI (Ley igualdad LGTBI) pour inclure le projet de loi trans. Affaire à suivre…

En Allemagne, le FDP et les Buendnis 90/ Die Gruenen (les verts) avaient deux propositions de loi. Le Bundestag a voté NON, pour les deux.

Il n’y a pas de différentiation de genre et de sexe en Allemand, donc pas vraiment de concept de genre, ce qui rend les choses un peu compliquées, (ou plus simple). Geschlechtsidentität veut dire littéralement identité du sexe.

Les propositions de loi avaient pour but de changer la signification de Frau (femme) et Mann (homme) de façon a ce que les femmes ou hommes ne soient plus déterminés comme tels par leurs chromosomes ou gonades mais de façon que les gens puissent s’identifier comme femme ou homme.

C’est la définition circulaire du culte du genre: Une femme est quelqu’un qui s’identifie en tant que femme. Et ils s’identifient à quoi en fait? En quelqu’un qui s’identifient en temps que quelqu’un qui s’identifient en tant que… C’est clair, c’est limpide.

Ces lois visent aussi à introduire le discours forcé (respect de changement de nom…) et les opérations chirurgicales sur mineur à partir de 14 ans, sur ordre de la court, sans autorisation parental. Cela étant basé sur le fait que les enfants de 14 ans en Allemagne ont le droit de joindre ou de quitter des cultes religieux sans l’accord des parents. Ils partent sur le principe que si la liberté de culte est accessible dès 14 ans en tant que droit fondamentale, la reconnaissance de l’identité du genre étant aussi un droit fondamentale, devrait être accessible.

Sérieusement, il y a quand même une différence entre aller à l’église une fois par semaine et se mutiler. C’est aussi un argument qui met le transgenderisme au même niveau que d’autres cultes, alors que les transactivistes essayent de nous faire croire qu’ils ne sont pas membres d’un culte.

L’acte de auto-determination permettrait à toutes personnes de changer de sexe sans obtenir de revue psychiatrique. C’est une continuation du TSG (Transsexuellengesetz) Acte Transsexuel, qui remplacerait la catégorie objective du sexe et par le concept subjective d’identité du genre pour tous droits. Changer de Geschlechtsidentität plusieurs fois serait aussi possible.

Jusqu’en 2008, les personnes désirant changer de sex ne devaient pas être mariées.

En 2011, la court constitutionnelle a déclaré que la demande de stérilisation pour les transsexuelles pour pouvoir changer de nom et de sexe est inconstitutionnelle. La loi avait aussi un age limite de 25 ans pour changer de sexe légalement qui a été enlever, il n’y a maintenant plus de limite d’où l’introduction d’une nouvelle limite à 14 ans.

En 2017, l’Allemagne a déjà ajouté une catégorie « divers » en option sur les formulaires officielles pour le sexe légal.

En Mars 2021, ils ont passé une loi pour reconnaître et protéger les enfants intersexes.

Il est encore possible que ces lois d’auto-identifications soient rediscutées en Septembre lors des élections. Affaire à suivre…

Sources

Proposición de Ley para la igualdad real y efectiva de las personas trans.

No “gender identity” act in Germany

FDP bill

GRUENEN bill

By Uramiya