Le média Sputnik News rapporte de nouveaux propos antisémites du président turc.

Le dirigeant de la Turquie a encore pris les juifs pour cible, eux pour qui la shoah est nécessairement un évènement qui fait exception pour des raisons familiales et communautaires.

«Ceux qui croient que le génocide du peuple juif à l’époque de la Seconde Guerre mondiale est une exception, resserrent aujourd’hui les rangs anti-islam. En effet, ils ne militent pas contre l’islam, mais contre leur propre avenir.»

Recep Tayyip Erdoğan

Les Etats-Unis avaient dénoncé d’autres propos antisémites de l’autocrate islamo-nationaliste. La réaction de ce dernier avait consisté comme toujours à parler au nom des musulmans.

“Suite aux attentats du 11 septembre, les autorités américaines ont entamé une stratégie de diabolisation des musulmans, ce qui a donné lieu à la propagation d’un sentiment anti-islamique au sein de beaucoup de communautés où le virus de la haine des musulmans était déjà présent”

Erdogan, un allié des Etats-Unis et un collaborateur d’Israel en matière d’antiterrorisme

Nous avons rappelé dans un article précédent que le régime turc est un important allié géostratégique d’Israël.

Tandis que Erdogan défend le Hamas, ses proches livrent des armes à Israël. Réciproquement, Israël avait soutenu l’Azerbaïdjan dans son invasion du territoire arménien du Haut-Karabakh.

Le régime d’Erdogan n’est pas seulement un employeur d’anciens criminels jihadistes qui décapitaient des syriens. Son entourage est actuellement au centre d’un scandale en lien avec les activités de la pègre.

Alors que le président turc croit séduire les musulmans avec des discours de haine où il parle en leur nom, Erdogan continue de recruter des jihadistes pour massacrer d’autres musulmans : les populations Kurdes qui luttent contre Daech.

En 2019, en donnant l’assaut de sa propre armée contre les populations kurdes syriennes, il a apporté un soutien incontestable à Daech.

By Brutal Poulet

Compte Twitter : @brutal_poulet