Le journaliste Bilal Abdul Kareem dénonce la torture dans les prisons de Hayat Tahrir al-Cham en Syrie.

Le journaliste américain, emprisonné à Idleb pendant six mois, affirme que la torture est monnaie courante dans les prisons de HTC et que son dirigeant, Abou Mohammed al-Joulani, est « inapte à diriger ».

HTC a interdit à Abdul Kareem d’exercer son métier de journaliste ou d’apparaître sur les réseaux sociaux, conditions de sa libération de prison en février. Il admet se mettre en danger en prenant position contre le groupe, même s’il assure avoir quitté le territoire contrôlé par HTC.

Source : Middle East Eye