Le premier tour des élections régionales a été marqué par un taux d’abstention historique. Cette abstention est une claque démocratique sans précédent, elle nous impose de la clarté idéologique. En Île-de-France, notre cap est clair et connu : une région universaliste, républicaine et émancipatrice !

Depuis une semaine, nous entendons la nécessité d’un cordon sanitaire autour de l’extrême gauche, et de l’alliance acrobatique de la gauche. Nous ne faiblirons jamais dans le combat face à ceux qui tournent le dos à l’universalisme et nos valeurs républicaines. C’est pour cela que nous sommes candidats au second tour des élections régionales !

Soyons clairs : ce deuxième tour dessine une victoire très nette de la candidate sortante. Dès lors, la question d’un vote utile ne se pose pas. Le revendiquer relève de la stratégie électorale pour garantir plus d’élus à la droite conservatrice.

La vitalité démocratique d’une région dépend aussi de la qualité des débats avec ses oppositions. La question qui se pose est donc de savoir quels groupes et quels élus d’opposition nous souhaitons pour que la région puisse défendre au mieux les citoyennes et citoyens attachés aux valeurs républicaines.

Nous refusons l’ambivalence et les doubles discours.

Nous ne pouvons pas nous résoudre à voir demain une majorité pléthorique de droite conservatrice gouverner pendant que deux blocs d’opposition d’extrême gauche et d’extrême droite s’affrontent.

Il est important qu’un groupe progressiste, universaliste et pleinement attaché au principe de laïcité représente à la région les intérêts des Franciliennes et Franciliens soucieux des valeurs d’égalité, de liberté de conscience, d’expression et d’émancipation.

Face à une alliance de gauche extrême, aussi disparate qu’incohérente, regroupant des lignes antagonistes aux relents séparatistes et communautaristes, et à une droite conservatrice, tenant d’une laïcité à géométrie variable et manquant au rendez-vous de l’émancipation des femmes, nous nous engageons pour la défense des valeurs républicaines.

Nous refusons l’ambivalence et les doubles discours. La laïcité doit traiter avec égalité tous les citoyens, croyants ou non. La laïcité n’a pas à être souple avec une religion et dure avec les autres. La laïcité doit cesser d’être le thème de convergence des intégrismes, notamment lorsqu’il s’agit de lutter contre l’éducation à la sexualité ou l’accès à la contraception.

Le combat pour l’émancipation républicaine a besoin de combattants sincères. Nous nous engageons clairement pour la stricte application du devoir de neutralité au sein de la région. Pour la mise en place du contrat d’engagement républicain. Pour la formation à la laïcité au sein du monde associatif. Pour l’accompagnement des délégataires de services publics. Pour la formation à l’égalité, et à la lutte contre les discriminations. Pour des mesures de soutien aux droits des femmes, aux LGBTQI+. Pour lutter contre le racisme et l’antisémitisme. Pour la promotion et l’apprentissage des valeurs républicaines.

Contre la résignation et pour l’émancipation de chacune et chacun, votons pour une région laïque, émancipatrice et républicaine.

Liste des cosignataires :

Laurent Saint-Martin, tête de liste aux élections régionales Envie d’Île-de-France – Marlène Schiappa, tête de liste Paris aux élections régionales Envie d’Île-de-France – Jean-Michel Blanquer, ‎ministre de l’Éducation nationale – Aurore Bergé, députée des Yvelines, binôme tête de liste Envie d’Île-de-France – Ilana Cicurel, députée européenne, porte-parole LREM – Yves Durand, Francilien, ancien député PS – Najwa El Haïté, adjointe au maire, Évry-Courcouronnes candidate en Essonne Envie d’Île-de-France – Maud Bregeon, élue à Levallois-Perret, porte-parole de La République en marche – Prisca Thevenot, porte-parole de La République en marche, candidate Envie d’Île-de-France en Seine-Saint-Denis – Claude Posternak, fondateur de Limportant.fr, président de La Matrice – Gilles Savary, délégué général de Territoires de progrès – Caroline Yadan, responsable think tank Laïcité – Fadila Tatah, artiste – Isabelle Wekstein, avocate au barreau de Paris et réalisatrice – Rachida Hamdan, présidente de l’association féministe et laïque Les Résilientes Saint-Denis.

Ainsi que :

Clémence Rouvier, Marie-Laure Brossier, Jimmy Vivante, Yasmina Baziz, Lucie Dimino, Jean-Michel Goustour, Alexandre Foucher, Audrey Lebeau-Livé, Tarek Haddouchi.

Source : Le Point