Encore une fois de plus, J. K. Rowling a mis les pieds dans le plat pour dénoncer l’absurdité des lois et recommandations faites par les membres du culte du genre (transactivistes wokes) dans ce cas précis le gouvernement Écossais et la police. Bien sûr, ça a comme d’habitude déclenché une avalanche de stupidité et de déformation de ses propos sur Twitter. Mais qu’a-t-elle dit de si grave ? Et pourquoi ?

L’écosse pro-viol

Le gouvernement écossais a décidé que l’identité de genre des violeurs devait remplacer leur sexe dans les rapports de police. Donc si un homme viole quelqu’un et, lorsqu’il est arrêté, décide de se déclarer femme, son sexe sera enregistré comme femme sans besoin de documents de “ changement de sexe ” légaux .

Ceci à de terribles conséquences. Par exemple :

  1. Les victimes de viols sont obligées de décrire cet homme avec le pronom “ elle ” lors de leurs témoignages à la barre. (parjure)
  2. Il est possible que le crime ne soit pas poursuivi en tant que viol mais en temps qu’abus sexuel et reçoive une peine moins lourde.
  3. Les statistiques criminelles qui permettent à la police de faire leur travail et au gouvernement d’associer un budget ne sont plus crédibles.
  4. Lorsque le violeur est remis en liberté, comment s’en protégé si sa description dit que c’est une femme mais que vous rencontrez un homme?
  5. Les violeurs condamnés pour leur crimes sont ensuite envoyés dans les prisons pour femmes où de nouvelles victimes ne peuvent pas leur échapper. (voir le cas de Karen White)

En Californie où cette loi est déjà en vigueur, plus de 364 hommes se sont déjà déclaré femme après leur arrêt pour être transférés dans des prisons pour femmes avec les conséquences prévisibles : violence contre les femmes, abus sexuel, viols, grossesses, maladies sexuellement transmissibles… Il est interdit d’avoir des relations sexuelles en prison, mais le gouvernement a quand même ajouté des distributeurs de préservatifs, c’est donc qu’ils ne sont pas dupe des conséquences de leur actes mais bien qu’ils n’ont aucun respect pour la sécurité des femmes dont ils sont responsables. L’état de Californie est maintenant traîné est justice par les femmes victimes de leur stupide loi.

En Écosse la loi d’auto-identification pour les personnes trans (self ID) n’est toujours pas passée (heureusement). Ça veut dire qu’une personne trans normale qui obéit à la loi et ne fait de mal à personne n’a pas le droit de s’auto-identifier mais un violeur lui a ce privilège.

Quand les femmes (TERFs) ont dit que le “ self ID ” laisse la possibilité à tout homme de se déclarer femme pour un gain personnel, il n’y a pas mieux que ce nouveau rebondissement dans l’intrigue de la TERF war (guerre contre les femmes) pour prouver qu’elles ont, encore une fois de plus, raison.

La chose drôle dans l’histoire c’est que le gouvernement Écossais déclare ça après que les Anglais aient décidé de faire le contraire quand ils ont découvert que 436 condamnations pour viol ont été enregistrées comme étant perpétrées par des femmes alors que c’est une impossibilité dans la loi au Royaume-Uni. Au Royaume-Uni le viol est légalement défini comme « une pénétration avec un pénis« .

Le gouvernement Écossais souffre clairement du syndrome de “ pas inventé ici ” auquel s’ajoute une immaturité qui les pousse à ressembler à des adolescents rebelles prêt à faire toutes les conneries au monde pour pas être comme Westminster.

Et J. K. Rowling alors?

J. K. Rowling pense que le gouvernement Écossais est Orwellien. Elle a tweeté :

Guerre est paix.

Liberté est esclavage.

L’ignorance est la force.

L’individu avec un pénis qui vous viole est une femme.

Avec un lien vers un article commentant sur l’absurdité de ne pas enregistrer le sexe réel des violeurs.

Et du coup tous les transactivistes wokes ont décidé de monter sur la colline aux violeurs et de défendre le droit de ces “ femmes tellement fragiles et féminines ” d’être enregistrés sous leur faux sexe, tels des chevaliers revêtant l’armure du mal.

Nous avons donc un avocat Américain qui ne connaît rien à la loi Écossaise écrivant une tirade de 23 tweets pour défendre les violeurs.

D’autres qui pensent que défendre les droits des femmes ne représente pas les valeurs de la nouvelle génération.

(Défendre les violeurs, c’est tellement mieux, n’est-ce-pas?)

Et C. Clymer, féministe extraordinaire et apparemment illettré.

Des gens lambda qui pensent que s’auto-identifier avec un sexe que l’on a pas est un droit de l’homme.

Des idiots qui pensent que les TERFs pensent que les personnes trans sont le problème et pas le fait que tout homme qui viole a maintenant la possibilité de se déclarer femme pour avoir des privilèges devant la loi.

(Encore un qui n’a rien compris.)

Certaine demande le respect pour les personnes trans sans même un regard pour le problème dont on parle, mais c’est tellement cool d’être du « côté des gentils » contre une autre femme célèbre.

(Ça sent la jalousie…)

Des TRAs qui pensent que demander que le sexe des violeurs soient enregistré correctement est du harcèlement sexuel.

Et bien sûr, il y a aussi les TRAs qui pensent que le viol est une punition acceptable pour les femmes qui veulent que le sexe des violeurs soit enregistré correctement.

C’est quand même extraordinaire que tellement de personnes qui se croient du coté du bien pensent que ne pas respecter les pronoms des violeurs est un crime plus grave que le viol.

Je plains les personnes trans qui veulent juste vivre leur vie de n’avoir que des personnes défendant les violeurs en leur nom pour alliés. C’est peut-être un bon moment pour devenir GC Trans, vous croyez pas?

Et pour tous les TRAs j’aimerai bien qu’ils expliquent comment on peut se sentir femme et en même temps être tellement confortable dans son corps d’homme qu’on va jusqu’à violer. Une des choses qui permettent à un homme de changer son sexe sur son passeport légalement est de démontrer qu’il a vécu en tant que femme pendant au moins deux ans. Désolée, mais ce n’est pas compatible avec le viol.

By Uramiya